vendredi 24 septembre 2010

Éthique de la toison pure


Les poils de tes aisselles répondant à ta chatte
Ouvrent en me souriant deux puits supplémentaires
Tu miaules en t'écartant lorsque je te colmate
Offrant à mon plaisir tes forêts spéculaires

Dehors c'est le blocus du bonheur asexué
Les filles à nombril défilent sans m'exciter
Elles roulent des fesses mais ne savent pas plaire
On ne croise dans les rues que putes velléitaires

Mon amie toisonnée tu bafoues le programme
Qui voulait que tu sois totalement nickelée
Afin que jamais plus on ne te veuille niquer
Même si tu criais que tu brûles dans les flammes

Dehors souffle en tornade l'époque qui commence
Le bruit que tu entends ce sont ses doléances
Les cris que tu perçois sont des cris de vengeance
L'humanité entière bout dans son innocence

Triple pilosité rayonnante et propice
Souveraines broderies que tu viens exhiber
Que j'embrasse sans fin avant de te courber
Pressé de dévoiler tes plus beaux orifices

Et dehors l'ennemi cuit dans ses sucreries
Il a tout effacé derrière ses vacheries
La ville est maintenant soigneusement contrôlée
Tout espoir s'est enfui de cet Espace Bébé

(…)

Je savais que je pouvais compter sur lui.

samedi 11 septembre 2010

vendredi 10 septembre 2010

Lumière de la musique


Après tous les grands et petits détours, après les chemins de traverse, les voies secondaires, les ruelles pauvres, et même les sombres impasses, revenons à l'essentiel. Il faut se nettoyer les oreilles régulièrement. Les Variations opus 31 de Schoenberg, le Sacre*, et encore de Schoenberg la formidable orchestration du quatuor avec piano de Brahms. Comme le soleil qui revient, au mois de janvier…

(*) Il faut absolument écouter la version de Simon Rattle avec son orchestre de Birmingham, qui donne l'impression d'écouter une musique très simple, claire et somptueuse.

vendredi 3 septembre 2010

L'Aïeul



Georges a la danse dans le sang. Toutes vous le diront.


La nature a donné les cornes au taureau, les sabots au cheval, au lion les dents d'une large gueule, au lièvre de courir vite, aux poissons de nager, aux oiseaux de voler ; elle a donné le courage aux hommes. Rien ne restait aux femmes. Que leur a-t-elle donné ? La beauté, pour lances et boucliers. Le feu et le fer cèdent à la femme, si elle est belle.
(Anacréon, Odes)


jeudi 2 septembre 2010

Attractif et son passif


Encore un adjectif de merde. Le Quick halal de la rue des Chiens dociles est-il attractif ? Le prix de l'iPod touchpasmamotte est-il attractif ? La meuf qui passe dans la rue en me zieutant est-elle attractive ? Les billets SNCF pour La Mecque-sur-Marne sont-ils attractifs ? Cette salle de prière est-elle attractive ? Cette paire de seins est-elle attractive ? Attractifs mon cul ! Attirant, intéressant, avantageux, attrayant, appétissant, séduisant, engageant, fascinant, avenant, affriolant, c'est pour les chiens ? Tout ça me donne envie d'envahir l'aggloméré…